Comment repeindre sa guitareTout sur le vibratoLes guitares TeiscoLes guitares Kent SuédoisesLes guitares Kent JaponaisesLa fabrication d'une basseChambres d'échos vintagesChambres d'échos actuellesRestauration d'une guitareKENT basin StreetKENT hollowbody 822Jacobacci SolistEKO bass 1100EKO cobra bass

       KENT basse 534 basin street - 1965

L'un des premiers modèles de basse fabriqué par le Japonais Teisco sous la marque "KENT", dont le moins que l'on puisse dire est qu'il s'agit d'un instrument "rustique".
Elle provient également des USA dans un état de conservation assez étonnant, indiquant que probablement l'instrument n'a été que peu, ou pas joué.
Pas de travaux à faire en dehors d'un petit coup de polish ! La suite en photos.


Tout d'abord, voici le catalogue KENT de l'année 1965 relatif aux guitares basses de la série 500. Deux modèles Newport et Basin Street, en un ou deux micros, avec les quatre couleurs disponibles. Vous pouvez y consulter les spécifications techniques en zoomant sur cette image ... (vous appuyez sur la touche control ou Ctrl de votre clavier, et vous zoomez avec la molette de votre souris).

      

     

Nous voyons assez nettement que les impératifs de coûts de fabrication réduits, ont présidé à la conception de ce modèle d'entrée de gamme (pour donner de l'angle aux cordes). Les mécaniques sont d'une seule pièce (4 en 1), le manche est droit sans décrochement ni inclinaison de la crosse. Logo adhésif KENT sur la face avant, et numéro de série collé à l'arrière de la crosse, avec une petite plaque en aluminium "made in japan" fixée par clouage.

     

Le manche en érable avec une touche palissandre, est d'une seule pièce sans tige de réglage, et fait 43 mm au sillet et 59 mm au talon. Mais avec 27 mm d'épaisseur au sillet, il est le plus massif que j'ai rencontré, donnant l'impression d'une "poutre" peu conviviale. Le poids est évidemment au rendez-vous avec un instrument déséquilibré qui penche obstinément coté crosse.

     

Le capot de cordier chromé comporte la marque Kent emboutie en creux. Le cordier est pourvu de quatre pontets en plastique réglables individuellement en longueur mais pas en hauteur, nécessitant des petites cales en carton pour ajuster celle-ci !

    

Un seul micro chromé non inclinable avec 4 plots réglables, et deux potentiomètres volume et tonalité : impossible de faire plus simple. Le son est mat et le sustain limité, mais pour faire de l'instrumental des sixties celà peut convenir.

      

Le pickguard est en métal chromé, et le repose-doigt en palissandre.

Le poids de cette guitare est assez conséquent, avec un corps en acajou (mahogany) relativement mince de 33 mm. Combiné à l'épaisseur du manche et à l'absence de tige de réglage, la jouabilité est nettement en dessous de la moyenne. Ce ne sera donc pas l'instrument à choisir pour de longues cessions. Mais dans l'état parfait et entièrement original dans lequel il se trouve, c'est un bel objet de collection et/ou de décoration.

 

retour en page d'accueil