groupes instrumentaux Françaisgroupes instrumentaux étrangersThe VenturesThe Shadowsgroupes vocaux français des sixtiesLes Chats Sauvages  groupes amateurs du début des sixtiesles anciens catalogues de musiquelieux, objets, personnages des 60's      des guitares, des amplis, et des effetsmédiasles liens

Comment restaurer sa guitare

sans être un spécialiste.....

Nous l'avons dit dans une page précédente, il ne faut pas modifier un instrument de valeur. Pour les instruments moins cotés, certains collectionneurs préfèrent néanmoins les garder "dans leur jus", c'est-à-dire bien souvent sales, rouillées, à peine jouables. N'étant pas collectionneur, conserver un instrument en mauvais état n'a que peu d'intérêt pour moi. C'est pourquoi les quelques guitares anciennes que je possède ont subies un petit lifting pour leur redonner un petit coup de jeune. C'est le cas de cette EKO bass trouvée sur internet en Italie.


EKO basse modèle 1100-2 de 1964

 

Caractéristiques du catalogue 1964 :  référence 1100-2 solid body bass guitar, with powerful double-polarity magnetic bass pick-ups. Three dimensional - Peroxlin. Double cutaway style, fully covered with Peroxlin. A perfect match for model 500-4V. press button automatic self cancelling tone selectors. Adjustable roller bearing bridge. Individual tone and volume control. Adjustable neck reinforced with steel rod. Genuine alpacca frets - Round fingerboard. Pearl fingerboard inlays. Triple chrome metal.

 

Achetée sur Ebay, la guitare me paraissait dans son état  et avec les pièces d'origine, du moins était-elle conforme au catalogue 1964, ce qui était déjà un point capital. Les photos étaient de qualité acceptable et laissaient bien apparaître les petits défauts et je savais qu'il y aurait un peu de restauration à faire. A la réception, pas de mauvaise surprise, elle s'annonce a peu près conforme à la description de l'annonce. La  premiere découverte que je fais est au niveau de la construction du corps dont l'âme est en bois multiplis (contreplaqué) recouvert du fameux "PEROXLIN" qui est un revêtement plastique très mince (moins d'un millimètre) et cependant très dur et résistant au choc. Ce revêtement paraît être teinté dans la masse et non peint. En tout cas le rouge pailleté de la face avant est vraiment très joli malgré des chocs nombreux sur la tranche dont un très visible, quand au dos nacré (peut-être la couleur "mother of pearl" ?) les rayures y sont nombreuses mais peu visibles grace à l'aspect de surface irrégulier du revêtement.

 

       

 

Photographie de l'instrument sur Ebay, et page du catalogue EKO 1964

 

Première chose à faire à la réception de l'instrument, c'était un démontage intégral, non sans avoir photographié sous toutes les coutures toutes les parties, pour un remontage ultérieur sans erreurs ou tatonnements. Quelques photos de l'acastillage de la guitare qui est absolument conforme aux catalogue de la marque. Toutes les parties métalliques ont été soigneusement débarassées de leur oxydation par brossage fin avec de la "pierre d'argent", essuyage, polissage, ou tout moyen approprié. Les pièces les plus visibles, c'est-à-dire le cordier, la plaque de manche ont été confiées à un artisan pour être re-chromées.

les mécaniques

la plaque de fixation du manche

l'ensemble cordier, chevalet, capot de chevalet.

ensemble pickguard complet

L'objet de mes premiers soins fut le manche dont plusieurs coups étaient très visibles. Quand à  l'arrondi la crosse, il n'était pas beau du tout mais cette partie souffre toujours beaucoup, le bois était à nu par endroit, quand au filet blanc il n'était plus très rectiligne. Ce filet blanc qui m'intriguait tant provenait en fait de la plaque de plastique trois plis (noir, blanc, noir) identique au pickguard, qui est contrecollée sur la face avant de la tête.

Hors de question de repeindre ou revernir entièrement le manche dont je voulais conserver le dos sunburst (d'ailleurs c'est en dehors de mes capacités de faire une peinture sunburst), par contre faire disparaître les trous par mastiquage/ponçage/retouche limitées en surface, était tout à fait dans mes cordes.

Avant intervention

 

Après intervention

Corps de la guitare

 

Ces trous étaient les plus visibles puisque situé sur le dessus de la guitare, donc il a fallu les reboucher au mastic, puis les poncer. Mon ami Denis s'est chargé de la retouche de peinture et de la couche de vernis qui s'est avérée nécessaire.

Arrondi de la tête

(recto)

Ainsi que je l'ai annoncé plus haut, le filet blanc faisant le tour de la crosse est en réalité le filet du pick-guard. C'est ce matériaux qui était ulitilisé par EKO, collé sur le bois et poncé en léger arrondis. Je n'ai donc fait qu'un léger ponçage pour éliminer la partie du filet qui était enfoncée et il est maintenant parfaitement droit !

Arrondi de la tête

(verso)

Idem pour le verso, rebouchage ponçage pour reformer un arrondi régulier de la tête puis penture partielle de cette extrémité, avant remontage des mécaniques.

Un mot sur ces dernières qui sont surdimensionnées par rapport à des mécaniques classique de guitares.

 

Face arrière de la tête

 

Comme indiqué ci-dessus je n'ai retouché que l'extrémité de la tête, sans toucher à la partie centrale. En effet cette partie supporte le fameux logo en forme de bannière "MADE IN ITALY" qu'il était impératif de préserver. Ce logo est peint en blanc au pochoir et était irremplaçable.


L'électronique de la guitare

 

Toute l'électronique de la guitare, y compris les deux micros, est fixée au dos du pick-guard, dans un carter métallique qui assure la mise à la masse de tous les éléments. Sur la photo de droite, ont peut admirer le mécanisme un peu compliqué des boutons-poussoirs hérité des accordéons, mais qui a finalement très bien résisté au temps.

 

 


 

 

Bilan après remise en état

 

Le poids léger, dû au corps en bois multiplis, n'est pas pour rien dans l'agrément de cet instrument. Le manche est mince et rapide, mais cependant il est étroit jusqu'à son extrémité puisque j'ai mesuré 49 mm à la 21 ème et dernière case, contre 63 mm pour une précision bass !  D'autre part, il ne faut pas hésiter à installer une cale conséquente sous le talon du manche si l'on veut obtenir une action normale ! L'accès direct au micro grave, ou  aigü, ou les deux ensembles, grace aux boutons-poussoirs de type accordéon, n'est pas sans ajouter au charme vintage de cette guitare.

Finalement cette basse est parfaitement jouable, aucune ronflette parasite ne se fait entendre, quand au constat d'ensemble sur le plan esthétique, il est tout à fait plaisant comme vous pouvez en juger sur ces photos.


 retour en page d'accueil