Bienvenue sur ce site d'information sans but lucratif, consacré aux années 60, à son environnement, à sa musique, à ses amplis, ses guitares et aux groupes anciens et actuels qui perpétuent cette magie des sixties !

 

 

 comment faire pour....... : joindre le webmaster utiliser ce lien ...... :               ajouter ce site à vos favoris d'un simple clic sur ce lien !

AccueilAccueilles anciens catalogues de musique  groupes amateurs du début des sixtiesLes Punch


LES PUNCHS

Fidèle à ma promesse faite sur le forum FDS, je vais vous raconter l'histoire de mon premier vrai groupe.

J'avais déjà commencé à m'intéresser à la guitare en 1961, après avoir découvert les Shadows, et je jouais avec un copain d'école (salut Victor !). Mais nous n'étions que deux et nos possibilités étaient donc limitées. Après avoir passé le BEPC (Brevet des Collèges), nos orientations scolaires nous ayant séparé, nous avons suivi un itinéraire musical un peu différent. Je me souviens que Victor est allé jouer dans un groupe plus rock qui s'appelait "les Silver Stars", et qu'il a même eu la chance d'accompagner quelques temps un chanteur nommé VIGON.... Quand à moi, c'est en 1964 que l'occasion de former un groupe s'est présentée. Dans mon nouveau Lycée, j'ai rencontré Roger qui avec deux autres copains de cage d'escalier Gérard et Daniel, cherchait un bassiste. Affaire vite conclue et après quelques répétitions, çà fonctionnait plutôt pas mal. Je ne sais plus qui a choisi le nom du groupe "Les PUNCHS", mais c'est vrai qu'à cette époque nous avions du tonus à revendre !

Nous avions un matériel d'entrée voire de bas de gamme comme on dirait maintenant, mais c'était monnaie courante et correct pour l'époque. Roger le soliste avait une Kent rouge japonaise deux micros, le rythmique une Hofner trois micros gainée de vinyle blanc , le bassiste (moi-même) une Kent rouge Suédoise que j'aurai dû garder au lieu de la revendre par la suite car elle avait un super son de contrebasse. Le batteur avait commencé à s'équiper d'une batterie Olympic. Par contre pour les amplis, petit budget oblige, nous avions des amplis à lampes acheté en kit comme celà se faisait beaucoup à l'époque, notre choix s'étant porté sur deux "Recta PP45" pour la basse et le solo, et un "Cibot 20w" pour le rythmique. Les enceintes de type bass réflex en agglo et bourrées de laine de verre "récupérée" par Roger sur le chantier du grand ensemble de Massy alors en construction, étaient de fabrication maison, HP Audax et Princeps (pour la basse)

Roger avait même ajouté à son baffle un système "Echodax", consistant en  un HP elliptique Audax équipé de plusieurs lignes de ressorts donnant un effet assez intéressant de réverbération. Nous n'avions pas encore de chambre d'écho et nos amplis n'avaient pas de réverbération incorporée.

Mais cet ensemble de matériel assez hétéroclite, avait finalement un son très correct, et nous avons au prix de deux répétitions hebdomadaires, commençé à mettre au point un répertoire assez éclectique, mélange de Shadows (bien entendu), avec une pincée de rock et de blues, beaucoup de reprises de morceaux de variétés de l'époque, et une dizaine de compositions personnelles, oeuvres pour la plupart d'entres-elles de notre Rythmique Gérard qui était le plus doué du groupe.

Et après quelques photos autour du lac de Verrières, nous voilà partis pour la "grande aventure". Les groupes de l'époque ne se concevaient pas sans une tenue de scène, et admirez la nôtre sur les photos ci-dessous : pantalons de velours rouge, chemise blanche, petit noeud noir : bref la classe... !

 

 

En 1964, nos premières photos avec nos "tenues de scène", autour du petit lac de Verrières-le-Buisson.

Nous avons donné notre premier concert en public à Versailles pour une kermesse paroissiale . Je me souviens que c'était sur une petite place plantée d'arbres, où se trouvait une petite scène (plutôt une estrade) avec en fond de scène une grande toile peinte derrière laquelle se cachait un camion sono (deux photos ci-dessous).

Ne cherchez  pas nos amplis, ils n'étaient pas encore terminés et nous avions joué branché sur la sono du camion, (le son devait être épouvantable !). Nous avions nos premières guitares, quand à la batterie de Dany, qui n'avait pas encore acheté son Olympic, elle lui avait été prétée par un oncle musicien.

 

à la kermesse paroissiale à Versailles vers 1964

Nos répétitions se déroulaient à Massy,  dans le garage à vélos de l'immeuble dont  la maman de Roger était la gardienne. C'était un sous-sol un peu sombre mais nous y étions chez nous, et surtout  relativement à l'abris des protestations éventuelles des locataires ! Ce petit hâvre de paix, nous a permis de perfectionner notre répertoire, et partant de là, nous avons commencé à faire des petites animations locales, mariages, réveillons, etc.

C'était le papa de Roger qui transportait le groupe et tout le matériel dans sa Simca Elysée. Fort heureusement nous étions tous assez maigres à cette époque et nous parvenions à nous "caser"  tant bien que mal dans la voiture, avec le matos sur les genoux, sous les pieds, dans le coffre, bref il y en avait partout ! Comme on le voit sur la photo suivante, nous sommes en train de jouer et de chanter dans un restaurant qui s'appelait  le "Kangourou", place de France à Massy, pour une animation de la Saint Sylvestre.

  

              Roger et sa guitare "Kent Las Végas" dans le local de répétition            le groupe en train de jouer et chanter au "Kangourou" à la St Sylvestre

Dans le courant de l'année 1965, nous améliorons progressivement notre matériel. Roger va changer sa Kent pour une Fender Mustang dakota red (la stratocaster est encore trop chère).

Pour ma part en janvier 66, après des mois d'économies insensées et la revente de ma basse Kent que je regrette aujourd'hui,  je deviens l'heureux propriétaire d'une Fender précision bass sunburst (série L) que j'ai encore. Quelques mois après nous ferons l'acquisition collective chez Fratelli Crosio (du moins au début.... en fait c'est Roger qui a finit le crédit) d'une chambre d'écho Meazzi échomatic. Il me semble que Dany avait également changé sa claire claire Olympic pour une Ludwig. Alors là on avait un super son !

 

 

En 1966 derrière l'immeuble de l'avenue St-Marc à Massy dans le sous-sol duquel nous répétions, nous posons fièrement avec 

nos deux Fender flambantes neuves ainsi qu'avec la caisse claire Ludwig

En juillet 1966 (possiblement le 10), nous avons l’opportunité de passer à la télé dans une émission de variétés d’Albert Raisner qui s’appelait « moins de vingt ans » et qui passait le dimanche après-midi sur la 2éme chaine ! Il présentait à chaque fois des groupes amateurs, pour lequel le public était appelé à voter.

Après une pré-sélection sur bande magnétique, une douzaine de groupe est convoqué au studio des buttes-chaumont, pour les éliminatoires. Nous étions dans nos petits souliers, mais premier miracle, nous sommes sélectionné avec deux autres groupes pour la finale. Le premier groupe sélectionné chantait un truc des Beach Boys, (Barbara Ann je crois) avec un matériel phénoménal pour l’époque (à coté d'eux, avec nos amplis fait main on se sentait un peu ridicules ... !) ; le second groupe était plutôt accoustique avec une contrebasse et chantait une composition à eux, et nous pensions bien qu’ils seraient les vainqueurs car ils étaient sponsorisés par René Louis Laforgue : et puis nous, les minus, qui avions décidé de jouer l’une de nos composition instrumentale intitulée « Bach… »... tout un programme … !

La finale a eu lieu en direct le jour de l'émission dans un studio de la rue Cognac jay, en duplex avec un autre studio où se trouvait Albert Raisner qui faisait son émission avec ses invités (je crois qu'il y avait Antoine ce jour-là) et le public.

Les photos suivantes ont été prises au studio TV de la rue Cognac-jay à Paris, et la dame qui est devant nous était le régisseur, qui nous donnait les ultimes conseils, et notamment ne pas bouger nos pieds des emplacements dessinés à la craie sur le sol, sous peine de sortir du champ de la caméra ! Nos amplis étaient cachés derrière les petites estrades !

 

Le dimanche 10 juillet 1966, dans un studio de la rue Cognac Jay pour l'enregistremlent de l'émission d'Albert Raisner "moins de 20 ans"

(de gauche à droite Roger, Dany, Christian et Gérard)

Notre prestation était en direct et donc une seule prise a été faite, alors nous avons joué morts de trouille, et à vrai dire je ne me souviens pas si nous avons fait des fausses notes ou pas ( à la réflexion sûrement que si ! ). Puis, nous avons assisté depuis ce même studio, avec les autres concurrents et quelques copains qui avaient été autorisés à venir, au déroulement de l’émission sur des moniteurs TV qui se trouvaient à notre disposition, comme pouvaient le faire les téléspectaeurs chez eux.

Et là, second miracle, à la fin de l’émission, nous avons appris que le public avait voté pour nous, ce qui à la réflexion m’étonne encore…., tellement je trouvais les autres meilleurs !  Mais peu importe, nous avions gagné….. ! 

Pour la petite histoire, nous n’avons remporté….. que la majorité des suffrages, car l’émission se déroulant ailleurs, nous n’avons même pas eu droit à une poignée de main d’Albert Raisner ! Nous ne l'avons d'ailleurs jamais rencontré, ni avant, ni pendant, ni après l'émission. Autant dire que ce succès télévisuel n’a euabsolument aucune influence sur notre carrière musicale ! Mais à ce moment là nous n'en avions cure et nous étions tellement fiers d'être passés à la TV que celà nous siffisait.

Les magnétoscopes grand public n’existant pas encore, nous n’avons aucune vidéo de cette prestation télévisuelle. Il y a quelques années, j’ai  tenté d'en retrouver la trace en me renseignant auprès de  l’INA, mais de plusieurs sources l’on m’a répondu que les bandes n'avaient pas été retrouvées ! Quel dommage ... !

Pour en revenir à notre groupe, mon ami Roger qui était le soliste du groupe, avait une sœur de 10 ans son ainée, qui chantait admirablement bien, et qui se produisait régulièrement lors de soirées et concerts accompagnée par un pianiste ! Quand elle s’est rendu compte que les galopins que nous étions commençaient à progresser sérieusement, elle nous a demandé si on pouvait l’accompagner dans quelques morceaux, ce que nous avons accepté sans hésiter.

Les essais furent concluants, et nous étions fous de joie, car si son style de chanson, nous éloignait tant soit peu des shadows et du yéyé, elle allait nous permettre de faire quelques galas plus intéressants. Elle travaillait en effet avec un manager, auteur et peintre de talent Serge Foulon, et qui deviendra plus tard son mari, qui organisait encore, mais plus pour longtemps, des spectacles complets de "vrai" music hall, avec première et deuxième partie.

Je ne peux m’empécher de vous mettre la petite affiche du gala auquel nous avons participé à Villiers-Sur-Marne en 1966, avec en vedette François Deguelt ! Nous étions les accompagnateurs de Marjorie Mayor « la nouvelle vedette de la chanson »  s’il vous plait... !

Je me souviens qu’après le gala, au moment de la coupe de champagne, François Deguelt a félicité Marjorie pour sa prestation et son petit groupe de musiciens, style « mais ils sont super, ces p'tits gars, où les as-tu déniché ? »  Alors là, on n’en pouvait  plus...!

  

photos de Marjorie et reproduction de l’affichette du gala de Villiers-sur-Marne du 2 juillet 1966

Bref  çà marchait plutôt pas mal pour l’époque.

Malheureusement, nous avons connu le même sort que la plupart des groupes des sixties lorsque Gérard le plus âgé d’entre nous est partit pour son service militaire en septembre 1966.

Je me souviens que pour le remplacer, nous avions vu sur une petite annonce au Golf Drouot, qu’un guitariste cherchait un groupe, et c'est ainsi que nous avons rencontré notre ami Philippe Massa et qui était déjà un très bon guitariste (bonjour Philippe). Etant plus fortuné que nous, il nous avait épaté avec sa Fender stratocaster fiesta red et son Vox AC30 top bost ! Nous avons joué ensemble environ 6 mois.

Peu après vers avril 67 un petit problème de santé personnel m'avait éloigné de la guitare pour plusieurs mois, alors que Dany le batteur était appelé à son tour sous les drapeaux, et Roger s’étant trouvé une petite copine qu'il épousera l'année suivante, le groupe n'a pas résisté à ces ruptures successives et a cessé de jouer avant la fin de l’année 1967 !

Mais ce fut tout de même une belle aventure.

Et après ...

 

Plus grand chose, car selon le schéma habituel, chacun a été pris par ses obligations familiales et professionnelles. Cependant le lien n'a pas été rompu car épisodiquement nous nous sommes retrouvé pour quelques évènements privés, mariage, baptème, fête professionnelle, ect ...

Voici quelques photos de nos retrouvailles successives....

  

En  décembre 1988 pour le mariage de notre ami Pierrot ....

 

Le 16 décembre 1989 pour le loto du Basket Club Noiséen

   

En 1990 pour une fête privée.

     

 - Gérard -                                             - Roger -                                                 -  Christian -                                        - Daniel -

Le 19 septembre 1991 concert à l'Aqua Boulevard de Paris au profit de l'ATEP.

 

En 1992 pour un concert privé à Neuilly Plaisance

En 1999 nous avons retrouvé à Chelles lors du meeting du Fan Club Cliff Richard & The Shadows, Philippe Massa notre rythmique remplaçant de 1967 soit 32 ans après. De gauche à droite, Christian, Roger et Philippe.

                                                          Et maintenant ...

 

Roger le soliste est depuis plusieurs années partit s'établir en Bretagne. Il joue encore un peu de guitare et nous échangeons régulièrement des nouvelles, des fichiers musique etc ...

Les deux frères Bris Gérard et Daniel respectivement rythmique et batteur dans le groupe sont en principe toujours en région parisienne, mais à ma connaissance, ne jouent plus de musique.

Philippe Massa est en région Lyonnaise et joue toujours de la musique.

Quand à votre serviteur, puisque vous lisez ces lignes vous savez qu'il continue à jouer,  enregistrer, monter des vidéos musicales et entretenir ce site pour occuper sa retraite et surtout continuer de faire vivre ces belles années 60 dans notre mémoire.

 

retour à l'accueil